vendredi 9 avril 2010

Lamas végétariens


Bonjour Félix,
En faisant des recherches au sujet de Patrul rinpoché sur Internet après avoir lu qu'il avait été végétarien, ce que je ne savais pas, j'ai trouvé de bien belles choses qui m'ont beaucoup étonné à ce sujet. On nous raconte toujours que le Vajrayana n'a que faire du concept de végétarisme et hélas beaucoup de maîtres s'en fichent mais nombre d'autres, et parmi les plus illustres, ont prouvé et prouvent le contraire.
Comme vous je considère que l'on ne peut pas se dire totalement éveillé et spirituel si l'on n'est pas végétarien, c'est une évidence et la consommation de viande sans aucune raison valable décridibilise beaucoup de maîtres, en plus de leur apporter une très mauvaise santé et du cholestérol...
Je tenais donc à partager avec vous ces quelques sites où l'on trouve des textes intéressants,notamment celui de Chatral rinpoché et celui du grand Nyala Pema dudul qui réalisa le corps de lumière.
Il est d'ailleurs étonnant à ce sujet de se dire que Namkhaï Norbu se réclame directement de sa lignée spirituelle. A-t-il déjà lu ce texte ? Certes, Tchangchoup Dorjé, son maître principal et disciple de Duddul consommait apparemment de la viande mais les conditions de vie au Tibet était différentes de celle que l'on trouve en Italie ou aux Etats-Unis.

On notera à ce propos les commentaires sensés du Dalaï-lama repris sur le site amitabhaterrepure, le Dalaï-lama qui n'est lui-même pas végétarien "pour des raisons de santé" dit-il mais qui fournit tout de même là d'intéressantes réflexions et une certaine explication relative aux fameux "5 nectars" du kalachakra qui inquiètent beaucoup et que vous citez souvent sur votre blog, bien qu'il n'aborde pas le sujet franchement.
Quoi qu'il en soit ces textes peuvent être utiles, n'hésitez pas à les faire connaître.
Bien à vous.
Douny





Shabkar Tsogdrouk Rangdrol (1781-1851) était un esprit libre. Il vécut en ermite et en pèlerin, sans foyer ni biens, loin de toute institution monastique. Dans une ode au coucou, Shabkar dénonce la cupidité des lamas :
« … Ils prétendent veiller sur leurs monastères, coucou !
Mais ils amassent des biens
Et ne partagent aucune donation avec la communauté, coucou !
Tels sont les lamas des monastères, coucou ! »

Shabkar lutta toute sa vie contre le mal fait aux animaux, il écrit :

« La viande est une source d'obstacles sur la voie. La consommation de viande est très certainement une cause de souffrance pour les autres ; aucun autre aliment n'est la source d'une si grande souffrance (...) tous doivent s'abstenir de manger de la viande. Nous devons considérer la viande comme impure et comme la chair de nos propres parents et enfants. Nous devons considérer la viande comme du poison. »

Les textes de Shabkar sur la consommation de chair animale sont réunis dans « Les larmes du bodhisattva ».

« On trouvera dans ce livre, précise l’éditeur, la traduction de deux textes de Shabkar Tsogdrouk Rangdrol : d'abord un extrait des Merveilleux Ecrits émanés, une anthologie de citations canoniques et de commentaires tibétains sur les méfaits liés à la consommation de chair animale, puis un essai intitulé Ambroisie d'immortalité, sur la nécessité de cultiver une compassion authentique pour tous les animaux. On comprendra ainsi que, selon les enseignements du Bouddha, il n'est pas nécessaire de réprimer par la volonté son attirance pour la viande, mais au contraire de retourner à la bonté naturelle du cœur. »


Aucun commentaire: